Parcours

La musique et la matière

Dans l’atelier de son père sculpteur, Thomas Bertrand (°1963) assiste dès l’enfance aux métamorphoses de la matière. Mais c’est la musique  qui remplit en permanence l’atelier, qui l’attire irrésistiblement. Il découvre par l’apprentissage du violoncelle une fascinante synthèse entre matière, forme et son.

L’initiation

Thomas Bertrand – LuthierAprès un court passage à l’université, il s’imprègne de l’esprit, des styles et des techniques de la lutherie classique italienne à Crémone. Diplômé de l’école internationale de lutherie (IPIALL) de cette ville en 1986, il poursuit sa formation en Allemagne où il est initié à la restauration des chefs-d’œuvre du passé. En 1991, il installe son atelier à Bruxelles et se consacre à la facture des instruments du quatuor et aux réglages de sonorités.

L’instrument

L’instrument est le lien entre l’interprète, la musique et le public. « Transformateur » de gestes en sons, il présente beaucoup d’analogies avec le corps humain dans sa structure et son fonctionnement (articulation, points d’appuis, interrelation, etc.). Tout y est équilibre dynamique en perpétuel réajustement, entre mobilité et rigidité, résonance et silence, en réponse aux sollicitations du musicien. Rien n’est figé. Comme en musique. Comme dans la vie.

Le rôle du luthier

Thomas Bertrand – LuthierThomas Bertrand construit pour les musiciens un outil d’expression unique. Il met à leur disposition une palette de timbres, de la matière sonore. Il optimise les interactions entre l’instrument et l’interprète, veillant à ce que chaque détail concoure à améliorer le confort de jeu : épaisseur et profil du manche, forme de la touche, courbure du chevalet, choix des cordes, réglages adaptés au mode de jeu, taille de l’instrument en rapport avec la morphologie du musicien (surtout pour les altos et les violoncelles), etc.

De nouvelles possibilités

Thomas Bertrand trouve son inspiration dans les chefs-d’œuvre des maîtres crémonais et vénitiens de la période classique.

Grâce à l’analyse de leurs principes de fonctionnement et à la réappropriation des méthodes de conception et de tracé utilisées à cette époque, il explore de nouvelles possibilités d’évolution et d’adaptation des instruments aux exigences de la vie musicale contemporaine.

Le bois

Sa quête des meilleurs érables et épicéas le mène chaque année en Italie, en Allemagne, en France et ailleurs, où il les sélectionne avec le plus grand soin. Croissance, densité, nervosité, coupe, maille, ondes, etc. Ses critères de choix sont de plus en plus nombreux et pointus. Et plusieurs années de séchage sont nécessaires avant de pouvoir les mettre en œuvre.

L’exigence

D’un niveau de qualité très élevé, les instruments de Thomas Bertrand répondent aux attentes des musiciens les plus exigeants.
Il a participé avec succès aux plus importants concours internationaux de lutherie.

En évolution constante

Thomas Bertrand – Luthier Thomas Bertrand est membre de plusieurs associations de luthiers : ALADFI (France), VSA (États-Unis).
Il participe régulièrement à des ateliers, séminaires, colloques, expositions, en France, en Allemagne, en Italie et aux États-Unis. Il est ainsi au fait des dernières recherches scientifiques, techniques et historiques, renouvelle sans cesse son inspiration. Par ailleurs, il fréquente assidûment les salles de concert, les festivals et assiste comme auditeur à des masterclasses.

Top